archives

Films brésiliens

Cette catégorie contient 12 articles

Recife Frio

de Kleber Mendonça Filho

Brésil, 25’, 2009, mockumentary

La ville brésilienne de Recife, qui était tropicale, est maintenant froide, pluvieuse et triste, après avoir passé par un changement climatique étrange.

Projection: dimanche 7 octobre à 16h50, session Côté courts

Publicités

Uma visita para Elizabeth Teixeira

de Susanna Lira

Brésil, 13’, 2011

Après presque 30 ans de la réalisation du documentaire Cabra Marcado Para Morrer d’Eduardo Coutinho, la réalisatrice Susanna Lira fait visite à Elizabeth Teixeira, personnage principal du film, qui parcourt ses mémoires de la lutte pour les droits des paysans.

Projection: dimanche 7 octobre à 16h50, session Côté courts – Session suivie d’une rencontre avec la réalisatrice

Ave Maria ou Mãe dos Sertanejos

de Camilo Cavalcante

Brésil, 12’, 2009

Un portrait poétique de l’imaginaire populaire du Sertão, à 18h, quand la radio transmet la chanson « Ave Maria Sertaneja », interprétée par le musicien brésilien Luiz Gonzaga, « rei do baião ».

Projection: dimanche 7 octobre à 16h50, session Côté courts

Terno, Bola, Vassoura e Viola

de Vinícius Souza

Brésil, 8’, 2011

Qu’est-ce qui pousse l’être humain à croire que ses rêves sont possibles dans la vie? Marcelo, à travers sa simplicité et sa lutte, nous montre que c’est possible d’être les acteurs principaux de notre existence et modifier le monde qui nous entoure.

Projection: dimanche 7 octobre à 16h50, session Côté courts

A galinha que burlou o sistema

de Quico Meirelles
Brésil, 15’, 2012, film d’animation

Ce film d’animation raconte l’histoire d’une poule en cage, élevée en batterie : dans une espèce d’épiphanie, elle comprend quel sera son destin et elle essaie de le changer.

Projection: dimanche 7 octobre, à 15h

O veneno está na mesa

de Sílvio Tendler

Brésil, 50’, 2011, documentaire

Le Brésil est le pays qui pulvérise de manière la plus intensive des agrotoxiques sur les aliments: un brésilien consomme en moyenne 5,2 litres d’agrotoxiques par an. Ces produits chimiques provoquent de graves problèmes de santé. Malgré l’interdiction gouvernementale relative à leur utilisation, le système judiciaire agit en faveur des grandes industries chimiques. Le documentaire analyse des problématiques de santé environnementale pour explorer les raisons politiques à la base de ce modèle agricole qui présente aujourd’hui des limites indéniables.

Projection: dimanche 7 octobre, à 15h

Regardez la bande-annonce!

Família Braz: Dois Tempos

de Arthur Fontes e Dorrit Harazim

Brésil, 82’, 2010, documentaire

Les statistiques prouvent l’incroyable ascension de la classe moyenne brésilienne. Dans DoisTempos,  les deux réalisateurs retournent filmer une famille de la banlieue Est de São Paulo, les « Braz », sur laquelle ils avaient déjà réalisé un documentaire en 2000 : après dix ans, ils tracent un portrait du changement de leur situation économique, de leurs perspectives et de leurs rêves.

Projection: samedi 6 octobre, à 18h15

Calango Lengo

de Fernando Miller

Brésil, 9’, 2008

Calango Lengo, du Nordeste du Brésil, doit accomplir son destin sans avoir de quoi manger. Mais dans la sécheresse il n’y a pas d’autre destin que de vivre en fuyant la mort, comme la souris fuit le chat.

Projection: samedi 6 octobre, à 14h45

Juro que vi

de Humberto Avelar, Sergio Glenes

Production de MultiRio – Structure municipale de productions audiovisuelles de la ville de Rio de Janeiro.

Brésil, 60’, 2003

Le saci, la Iara et le curupira sont les personnages du folklore brésilien au centre de ce film d’animation, réalisé avec la participation des élèves des écoles publiques de Rio de Janeiro et qui raconte les légendes brésiliennes tout en abordant des thèmes comme la protection de l’environnement, les préjugés et les droits des animaux.

Projection: samedi 6 octobre, à 14h45

Cartas para Angola

de Coraci Ruiz e Júlio Matos

Brésil, 75’, 2012, documentaire

Le Brésil et l’Angola sont deux marges de l’Atlantique qui possèdent la même langue et un passé colonial  en commun. Ce film raconte la correspondance entre des habitants du Brésil, d’Angola et de Portugal à travers leurs vidéos épistolaires : leur histoires s’entrecroisent et dépeignent un Angola inconnu hors des guerres coloniales et civiles à peine éteintes.

 

Regardez la bande-annonce!

Leite e ferro

de Cláudia Priscila

Brésil, 72’, 2010, documentaire

La maternité en prison et le Centro de Atendimento Hospitalar à Mulher Presa (CAHMP) de São Paulo sont au centre de ce documentaire : derrière les barreaux, les mères allaitent et suivent  leur enfant. Après quatre mois, l’enfant est adopté par une autre famille ou par une institution. Le documentaire montre avec délicatesse cette maternité en prison.

 

Regardez la bande-annonce ici!

Babás

de Consuelo Lins

Brésil, 20’, 2010, documentaire

A partir d’une recherche iconographique,Babás mélange des éléments autobiographiques et une réflexion sur le rôle et la présence des « nounous » (babás) dans le quotidien des familles aisées brésiliennes à travers le temps.

Projection: jeudi 4 octobre, à 20h